Le livre du jour : Contes de Noël par Charles Dickens

Verdict : passable

Après la parution d’un Chant de Noël en 1843, Charles Dickens a récidivé en 1844, 1845, 1846 et 1846 avec un récit de Noël à chaque fois. Les cinq récits regroupés forment l’ensemble nommé les Contes de Noël que j’ai donc lus petit à petit au cours des six derniers mois.

Puisque j’avais lu et généralement apprécié le premier de ces cinq contes, j’ai voulu les lire tous, et ce fut une épreuve pénible. Ce livre a failli connaître le sort de l’Aimant et finir abandonné dans un coin, seul le fait que j’avais réussi à en lire les trois quart et qu’il ne me restait qu’un seul et dernier récit m’a convaincu récemment de faire un effort pour le « sprint » final.

Je m’étais déjà dit un peu déçu du style de Charles Dickens que je trouve lent, et barbant, mais au moins j’appréciais un peu l’histoire du premier de ces contes. Pour les quatre autres, ce fut encore plus difficile et je comprends désormais pourquoi seul Un chant de Noël est ainsi passé à la postérité.

Ce n’est pas une question de thème : on retrouve Noël, la misère du pauvre peuple anglais, les bons sentiments, la nostalgie, dans ces différents contes et je ne peux nier qu’ils ont une morale que j’approuve.

Non, le problème vient du style. Dickens est chiant, mortellement. Et pourtant je ne m’ennuies pas en lisant Tolkien, preuve que je ne veux pas uniquement de l’action. Et pourtant ses personnages ont du caractère, souvent stéréotypique, trop bons pour la vie qu’ils mènent, ou caricaturalement méchants dans leurs actes, mêmes si doté du potentiel d’être bons, mais qui ils sont et ce qu’ils font mérite d’être décrit car ce discours a une finalité.

Et pourtant il se passe un peu quelque chose, on vit avec ces personnages, on partage leurs malheurs, l’injustice qu’ils subissent. Mais je m’ennuies, lourdement, terriblement, le livre me tombe des mains.

Je ne sais pas trop pourquoi. Peut être parce que je n’ai pas besoin d’être convaincu de la véracité de cette misère et de ses causes ? Peut être parce que ses personnages sont trop bons dans leur façon de réagir et refusent de se battre pour leurs droits fondamentaux ? Peut être parce que tout ça, combiné à l’époque dépassée fait que je me sens loin d’eux, que j’ai du mal à être véritablement empathique, ou uniquement d’une façon intellectuelle ?

Les Carillons, le Grillon du foyer, la Bataille de la vie et l’Homme hanté ou le Pacte du fantôme, quatre récits qui vont du pire au meilleur, à mon sens, mais que je n’ai même pas le courage de critiquer individuellement tant je peine à rassembler mes souvenirs sur ce qu’il se passe exactement. A la rigueur le dernier est court et propose un peu de fantastique, toujours dans le même style que le Chant de Noël, et une morale un peu plus intéressante que « les pauvres sont nos amis, il faut les aimer aussi, comme nous ils ont une âme ». Une grosse partie du texte mérite quand même de sauter.

Cela confirme mes impressions d’après la lecture du premier de ces contes : je supporte la morale proposée par Dickens, et surtout j’aime beaucoup l’ambiance de ses textes … quand elle est adaptée en film, en dessin animé ou autre, pas quand je dois m’en taper la lecture. Après sans doute que même Mickey et une qualité d’animation exceptionnelle ne me feraient pas plus aimer les Carillons, ou le Grillon du foyer, mais ça ne me servirait pas non plus de somnifère.

Pour aller plus loin :

Dickens est un auteur important, et j’aimerais en avoir lu plus de lui, mais ces contes m’ont convaincu qu’une telle lecture serait certainement pénible, aussi suis-je hésitant. Le conte de deux cités, Oliver Twist et David Copperfield devront attendre un peu.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :